Article

Jour de pluie

Jour de pluie

Certains matins à mon réveil, j’ai la chance de découvrir des escargots scotchés à la vitre de ma chambre. En écrivant, je me demande pourquoi spécifiquement cette vitre et pas une autre de la maison. Ah oui, la réponse me vient ! C’est la seule dont je ferme les volets. Jour de pluie mais aussi jour de grand vent. Une manière de s’abriter et en se plaçant suffisamment en hauteur de se protéger des assauts de potentiels prédateurs. Toujours est-il, ça m’amuse grandement de pouvoir les observer comme jamais je ne l’ai fait auparavant. Prendre le temps de scruter leurs antennes, la surface de leur corps, ses stries et sa texture visqueuse. Je me suis renseignée sur l’anatomie de l’escargot et je dois dire que c’est surprenant. Sur la photo on voit nettement deux grandes antennes. Ce sont les tentacules oculaires. Donc clairement, il m’a vu le prendre en photo ! Les deux plus petites antennes sont des tentacules tactiles. Son orifice respiratoire est situé sur le dessus de son corps, proche de la coquille. Imagine : tu es allongé le ventre avec une coquille dans le dos, c’est comme si ton nez était situé au niveau des vertèbres dorsales. Je te laisse découvrir par toi-même le reste de son anatomie ; transposée à un humain, c’est original ! Si ça t’es arrivé un jour de marcher sur un escargot par mégarde, dis-toi qu’il y a peut-être survécu. Si l’apex, la zone sensible qui contient ses organes n’a pas été touchée et que sa coquille n’a pas été trop abîmée, alors l’escargot a eu la capacité de s’auto-réparer. Avec la calcite contenue dans sa bave, il peut colmater les brèches et également se guérir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.